Une mer d'huile ... pleine de bosses

Image du mois - Janvier 1999

Surface Moyenne Océanique, calculée à partir de 10 ans de données altimétriques, à gauche, et détail de la Surface Moyenne Océanique : dorsales dans l'Océan Indien, près de Madagascar, à droite (Credits Shom/CLS)

L'altimétrie mesure la hauteur des océans. Mais cette hauteur dépend d'un grand nombre de phénomènes : gravité terrestre, marées, courants, dilatation thermique, vents et vagues, etc.

La Surface Moyenne Océanique représente le niveau dû aux phénomènes constants, une mer d'huile en quelque sorte. Mais cette surface est loin d'être lisse. Deux phénomènes contribuent essentiellement à ses reliefs : les courants permanents et, surtout, le champ de gravitation de la Terre. Cette deuxième contribution, appelée géoïde, reflète les différences dans la composition interne de la Terre (zones de magma plus ou moins chaudes, par exemple). Ces différences peuvent engendrer des écarts du niveau de la mer de plus de 100 mètres entre deux régions de l'océan distantes de plusieurs milliers de kilomètres.

On observe de plus, sur de plus petites échelles (quelques kilomètres), les irrégularités des fonds océaniques (montagnes sous-marines, fosses océaniques, dorsales, etc.) qui provoquent des variations de quelques mètres à la surface.

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :