Des courants agités

L'image du mois - juin 2000

Variabilité de la circulation océanique (écart-type des variations de niveau de la topographie dynamique), obtenue à partir des observations combinées des satellites altimétriques Topex/Poséidon, ERS-1 et ERS-2 d'octobre 1992 à novembre 1998. (Credits CLS)

Les océans bougent et varient, mais pas de la même façon partout. Il existe des endroits beaucoup plus "remuant" que d'autres, essentiellement dans les courants les plus forts, qui se situent près des rives ouest des océans : Gulf Stream en Atlantique Nord, Courant des Malouines en Atlantique Sud, Kuroshio près du Japon et Courant des Aiguilles dans l'Océan Indien, au sud de Madagascar. Les fortes variations observées dans ces zones sont dues à une forte activité tourbillonnaire produite par l'instabilité de ces puissants courants océaniques. Dans leur voisinage, la variabilité, provoquée par des tourbillons de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres de diamètre, peut atteindre trente centimètres. Le courant circumpolaire Antarctique, qui n'est arrêté par aucun continent, est lui aussi très énergétique.

À l'inverse, de part et d'autre de l'équateur, il existe des zones qui ne varient pratiquement pas. D'autres zones, intermédiaires, correspondent à des phénomènes plus intermittents que les courants. C'est le cas en particulier du Pacifique équatorial, où se déroule le phénomène El Niño.

Les satellites offrent la vision globale et sur plusieurs années qui permet de suivre les variations de l'océan.