L'oscillation de l'Atlantique Nord fait des vagues

Image du mois - mai 2001

Sensibilité des hauteurs de vagues à l'oscillation de l'Atlantique Nord pendant les mois d'hiver (en mètres par unité de l'indice de l'oscillation de l'Atlantique Nord). Les zones en rouge ou en bleu/violet sont les plus sensibles à cette oscillation : à l'ouest de l'Irlande, par exemple, les vagues sont nettement plus hautes quand l'indice est positif. (Credits NOCS).

L'Atlantique Nord est, en hiver, sous l'influence de deux masses d'air, une dépression au nord (aux environs de l'Islande) et un anticyclone au sud (l'anticyclone des Açores). Leurs intensités respectives font les tendances de la météo hivernale sur les rives de l'océan.
Les variations de ces pressions, et les variations de l'océan qui leurs sont couplées, constituent l'"Oscillation de l'Atlantique Nord". Deux situations en particulier sont importantes : le cas où la dépression et l'anticyclone sont plus intenses que la normale (indice positif), et celui où ils sont au contraire moins intenses (indice négatif).

Une étude sur plusieurs années a permis de montrer que la hauteur des vagues en hiver se révèle particulièrement sensible aux variations de pressions au dessus de l'Atlantique Nord. Cette hauteur de vague, mesurée par altimétrie, peut ainsi servir d'indicateur capable de détecter les phases de l'oscillation, et être utilisée dans des modèles de prévision climatique.

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :