Doris mesure la dérive des plaques

Image du mois - juillet 2002

Les vitesses de déplacements des balises Doris dus à la tectonique des plaques (Credits Legos-CLS).
Déplacement de la balise Doris de Kauai (Koka sur la carte), au milieu de la plaque Pacifique plate (Credits Legos-CLS).

Il y a moins d'un siècle, Alfred Wegener était fortement contesté pour sa théorie de la dérive des continents. Aujourd'hui, avec des instruments comme Doris, on peut "voir" le déplacement des plaques tectoniques à la surface de la Terre. Les balises Doris, implantées sur les principales plaques, permettent en effet d'en suivre les mouvements et d'en mesurer les vitesses, qui sont comprises entre quelques millimètres et 15 centimètres par an. Le système fournit un suivi de l'évolution au cours du temps du positionnement absolu de chacune des balises qui, couplé aux mesures d'autres systèmes (GPS, laser, VLBI), est utilisé pour construire des modèles de mouvements de plaques.

Avec plus de 9 ans d'observation Topex/Poséidon et Spot (Spot 2, 3 et 4), Doris apporte des informations clés pour l'étude des mouvements de la croûte terrestre. La suite est assurée par les trois nouveaux satellites embarquant Doris (Jason-1, Envisat et Spot 5) qui viennent d'être lancés.

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :