Courant d'été, courant d'hiver

Image du mois - octobre 2002

Anomalies de hauteur de mer et des courants (cm/s) dérivés des mesures Topex/Poséidon en janvier (mousson d'hiver) et juillet (mousson d'été) (moyennes sur plusieurs années).
(Credits National Institute of Oceanography, Goa, Inde).

La mousson est un phénomène climatique majeur, vital pour les personnes qui vivent autour de l'Océan Indien. Il implique aussi bien l'océan que l'atmosphère, avec un basculement saisonnier : la mousson d'été (mai-septembre) est humide, tandis que celle d'hiver est sèche. En hiver, l'océan est plus chaud que les terres, et les vents soufflent du Nord-Est, de la terre vers la mer. En été, l'inverse se produit ; l'air venant de l'océan est humide et souffle souvent violemment sur les terres, apportant des pluies bienvenues, bien que très fortes. Les variations de ce cycle (trop ou pas assez de pluies) peuvent avoir un impact catastrophique sur les pays riverains de l'Océan Indien. L'étude de la mousson et la prévision de ses variations est donc d'une importance capitale pour les habitants du sud de l'Asie.

Comme les vents et la pluie, les courants océaniques changent avec la saison, vers l'est en été, de l'ouest de la mer d'Oman au Golfe du Bengale, vers l'ouest en hiver.  De plus, les moussons sont sensibles aux variations à grande échelle des océans : lorsque se produit un phénomène El Niño sur la côte péruvienne, la mousson humide tarde à venir. Au contraire, lors des phénomènes La Niña, on observe des inondations dans le sous-continent indien.

Les satellites altimétriques nous permettent d'étudier ces courants et leurs variations; intégrées dans des modèles couplés océan-atmosphère de prévision, leurs données peuvent aider à évaluer l'importance de la prochaine mousson.

Plus d'information :