Tourbillons chauds et froids partent vers des horizons différents

Image du mois - mai 2005

À l'est de l'Océan Indien, 72% des tourbillons chauds (en haut) tendent à aller vers l'équateur; dans même temps, les tourbillons froids (en bas) vont vers le pôle à 84% (l'échelle de couleur représente la vorticité relative, c'est à dire la tendance d'un fluide à tourner, exprimée en 10-5.s-1) (Credits Legos)

Aux latitudes moyennes, les tourbillons chauds préfèrent partir vers l'équateur, les tourbillons froids vers le pôle ! Du moins, vers 25 à 40° de latitude, s'ils ne sont pas influencés par d'autres facteurs (les reliefs sous-marins, ou de forts courants), les tourbillons d'au moins une centaine de kilomètres de diamètre ont une tendance à se diriger plutôt vers l'équateur quand ils sont anticycloniques (les tourbillons chauds, qui tournent dans le sens dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère Sud), et vers le pôle quand ils sont cycloniques sous l'effet de la force de Coriolis.
Cette tendance, due aux turbulences en lisière de ces tourbillons, pourrait n'être qu'une curiosité de la nature. En fait, on soupçonne que de tels mécanismes ont un impact sur les transports de chaleurs et de salinité dans l'océan.

En permettant une vue globale et sur maintenant plus de douze ans de l'océan, l'altimétrie permet d'observer et de comprendre des phénomènes méconnus.

Voir aussi :

Références

  • Morrow, R., F. Birol, D. Griffin, and J. Sudre (2004), Divergent pathways of cyclonic and anti-cyclonic ocean eddies, Geophys. Res. Lett., 31, L24311, doi:10.1029/2004GL020974.