Les tourbillons de Tehuantepec

Image du mois - juin 2006

Topographie de la région de Tehuantepec (gauche) et vents à la surface de l'eau, des deux côtés de l'isthme, mesurés par diffusiomètre (droite). Les vents du Golfe du Mexique traverse l'isthme via le col de Chivela, étroit et beaucoup plus bas que les montagnes environnantes, ce qui crée un vent "jet". (Credits Noaa (topographie) et Coaps (carte des vents))

 

En hiver, le vent souffle par intermittence à travers le col situé dans l'isthme de Tehuantepec (Mexique). Il se disperse sur le Pacifique, au centre du Golfe de Tehuantepec, donnant naissance à de larges tourbillons. Les observations in situ révèlent un refroidissement de l'océan dans l'axe du vent, accompagné par le développement d'un courant-jet qui évolue rapidement en un large tourbillon anticyclonique.
Les mesures altimétriques, confirmées par les observations de flotteurs dérivants montrent que ces tourbillons se déplacent vers le large à une vitesse d'environ 9 km par jour, d'abord vers le sud-ouest, puis plutôt plein ouest. Leur signature sur la hauteur de mer peut être suivie aussi loin que 140°W avant de disparaître, pendant l'été (la saison des tourbillons commence fin octobre, et dure environ 250 jours, jusque début juillet), au moment où le Contre-courant équatorial nord se renforce. Plus de douze ans de données altimétriques ont permis de montrer que cinq à six de ces tourbillons naissent en moyenne au large des Golfes de Tehuantepec, du Mexique et de Papagayo (Nicaragua) chaque année, dans une bande entre 10 et 12°N qui s'étend jusque 120°W.
De telles structures océaniques ont un impact à l'échelle du Pacifique Est. L'altimétrie, entre autres techniques, permet de mieux connaître ce genre de phénomènes, et de mieux les comprendre.

Anomalies de hauteur de mer le 23 février 1994. On observe une série de tourbillons anticycloniques (chauds) qui se déplacent vers l'ouest. Ces "tourbillons de Tehuantepec" peuvent déplacer des subtances organiques très loin des côtes.
Voir l'animation de SLA calculée à partir de 12 années de données altimétriques. (mov, 10 MB) (Crédits Noaa)

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :

Références :

  • Tous nos remerciements au Dr A. Trasviña (Cicese, Mexique), pour ses informations et la relecture
  • Voir les références commentées (textes en anglais)
  • Palacios D. M., S. J. Bograd (2005). A census of Tehuantepec and Papagayo eddies in the northeastern tropical Pacific. Geophys. Res. Lett., 32, L23606, doi:10.1029/2005GL024324.