Un typhon vu sous tous ses angles altimétriques

Image du mois - août 2007

Anomalies de hauteur de mer dues à l'effet de l'atmosphere sur la surface de la mer mesurées par Jason-1 au-dessus du typhon Man-Yi (en médaillon, la trace au sol Jason-1 représentée, au-dessus d'une carte de hauteur de vague au même moment). Le typhon provoque une élévation de la hauteur de mer de l'ordre de 50 cm. La variabilité océanique a été retirée. Des traitements spécifiques des données sont nécessaires pour des cas aussi extrêmes que les cyclones. (Credits CLS)

 

Le typhon Man-Yi a frappé l'île d'Okinawa au Japon à la mi-juillet 2007, avec des vents soufflant entre 230 et 295 km/h. Il a fait plusieurs victimes, et causé des dégâts importants. Si les typhons sont fréquents dans la région, ils sont en général plus tardifs -- Man-Yi est sans doute le plus puissant typhon jamais observé au mois de juillet. Les "monstres météorologiques" que sont les cyclones (appelés cyclones, ouragans ou typhons selon les régions) se nourissent de la chaleur de l'océan pour dégager une énergie colossale. Ils provoquent des vents violents (des vents à plus de 33 m/s --118,8 km/h -- sont un critère de classification d'une tempête tropicale en cyclone), de très fortes vagues, des pluies torrentielles, et tous les dégâts qui peuvent s'ensuivre.

Hauteurs significatives de vagues et vitesse du vent le 12 juillet 2007.
Voir l'animation de hauteur de vagues :  gif animé, flash ou avi et de vitesse du vent : gif animé, flash ou avi entre le 7 et le 14 juillet 2007.
(Credits CLS/Cnes)

 

Potentiel de chaleur cyclonique, calculé en utilisant des mesures altimétriques combinées à des mesures de température de surface et des observations in situ pour le 11 juillet 2007 : le typhon Man-Yi semble s'intensifier quand il passe sur des zones de plus fort potentiel de chaleur. (Credits Noaa/AOML)

L'altimétrie peut être utilisée pour l'observation, la connaissance et la prévision des cyclones sous différents aspects :

  • mesure de la hauteur significative de vagues et de la vitesse du vent sous la trace du satellite (qui peut passer plus ou moins loin de l'oeil du cyclone)
  • calcul des effets de l'atmosphère (pression et vents) sur la hauteur de mer,
  • possibilité d'intensification d'un cyclone s'il passe au-dessus d'un tourbillon et/ou d'un courant chaud

Enfin, les données altimétriques sont assimilées dans des modèles, soient météorologiques (hauteur significative de vagues et vitesse du vent en temps réel), soient océaniques. Ces derniers permettent de calculer des paramètres physiques de l'océan et des échanges océan-atmosphère.

 

 

 

 

Voir l'animation de potentiel de chaleur cyclonique entre le 5 et le 17 juillet 2007 : gif animé, flash or avi

Échanges de chaleur entre l'atmosphère et l'océan calculé par le modèle Mercator. Le bleu indique que l'océan cède de la chaleur à l'atmosphère, le rouge que l'atmosphère chauffe l'océan. On distingue bien une zone bleue qui correspond à la position du typhon Man-Yi, qui "pompe" une énorme quantité de chaleur dans l'océan.
Voir l'animation d'échanges de chaleur entre l'atmosphère et l'océan entre le 7 et le 18 juillet : gif animé, flash or avi (Credits Mercator Océan)

 

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :

Référence :