De l'eau coule sous la glace

Image du mois - juin 2007

 

Carte de courbure de la topographie de surface des glaces dans la région entre le lac Vostok et le Dôme C en Antarctique. Les traits noirs matérialisent les réseaux hydrologiques détectés sous les glaces, et qui relient entre eux les petits lacs sous-glaciaires présents dans la région (notés sur la figure par une étoile ou un tiret) (Credits Legos)

Sur les glaces, un peu comme sur les océans, les reliefs de surface peuvent refléter ce qu'il se passe "au fond". Le lac Vostok, par exemple (Image du Mois, août 2000, Un lac sous la glace), sous plus de 3000 m d'épaisseur de glaces, provoque un plateau sur la surface de l'Antarctique. D'autres signaux, plus discrets, peuvent aussi être extraits de cette topographie, en particulier de celle à très haute résolution mesurée par ERS-1 lors de sa phase "géodésique".
On peut déduire de la topographie mesurée par altimétrie la courbure de celle-ci, qui met en valeur les "accidents" du terrain, et les anomalies d'écoulement de la glace. Entre le lac Vostok et le Dôme C (emplacement de la station franco-italienne Concordia), on entrevoit des structures linéaires, allongées, qui semblent relier entre eux les nombreux lacs découverts dans la région. D'autres indices, notamment le fait que ces structures suivent la pente du socle rocheux, font penser que ces structures allongées sont des réseaux hydrologiques sous-glaçaires reliant les différents lacs les uns aux autres.

L'existence de tels réseaux hydrologiques est importante pour la compréhension de l'Antarctique et de la façon dont les glaces s'écoulent sur ce continent. L'altimétrie apporte sa pierre à la connaissance du plus grand réservoir glacé terrestre.

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :

Référence :

  • F. Rémy, B. Legrésy, Subglacial hydrological networks in Antarctica and their impact on ice flow, Annals of Glaciology, 39, 2004