Faire la part des choses entre ondes planétaires et tourbillons

Image du Mois - août 2008

Diagramme longitude-temps d'anomalies de hauteur de mer (à 27°S dans le Pacifique). En haut, l'observation, au milieu, le diagramme filtré pour retirer les tourbillons (montrant donc les ondes planétaires), en bas filtré pour retirer les ondes planétaires (montrant surtout les tourbillons) (Credits Esa).


Les tourbillons et les ondes planétaires peuvent se manifester de façon similaire sur les cartes altimétriques de hauteur de mer : la vitesse de propagation comme la direction, la hauteur comme l'étendue peuvent être du même ordre de grandeur. Pour étudier les uns sans les autres, ou pour estimer leur importance relative dans les variations de la hauteur de mer, il faut les séparer. Des études sont menées pour mieux les comprendre, en simulant les ondes planétaires et les tourbillons (les ondes planétaires en utilisant la théorie, les tourbillons en utilisant les observations). Ces simulations sont alors utilisées pour réaliser un filtre permettant de séparer les tourbillons des ondes planétaires dans les observations altimétriques.
Les ondes planétaires étaient prévues par la théorie bien avant d'être mesurées. Avec une précisions d'environ 2 cm depuis Topex/Poséidon, les altimètres ont permis de les observer en continu sur tout le globe depuis près de 16 ans -- ainsi que les tourbillons. Ces deux phénomènes ont notamment un impact sur le climat, puisque d'une part les ondes planétaires sont impliquées (entre autres) dans le phénomène El Niño, et que d'autre part les tourbillons peuvent transporter de la chaleur.

Cartes d'anomalies de hauteur de mer. En haut, des ondes planétaires simulées, au milieu ces ondes simulées avec des tourbillons, en bas la sortie du filtre (tourbillons retirés). Ceci permet de vérifier la cohérence du filtre (Credits Esa).

Voir aussi :

Quelques sites sur ce thème :