L'altimétrie pour valider Argo

Image du mois - septembre 2008

RMS de la différence entre les anomalies de hauteur de mer altimétriques (SLA, Sea Level Anomalies) et les anomalies de hauteur dynamique (DHA, Dynamic Height Anomalies), calculés à partir des mesures Argo, exprimés en pourcentage de la variance des SLA. Chaque point représente la valeur pour la série pour chaque flotteur, à sa position moyenne : à gauche, tous les flotteurs, à droite, les flotteurs hors des valeurs raisonnables. La carte en fond de la figure de gauche représent la référence. (Crédits CLS/Coriolis)

 

Le réseau Argo, constitué de 3000 flotteurs autonomes dérivant dans l'océan, est maintenant complet depuis près d'un an. Il est complémentaire de l'altimétrie du fait notamment des mesures qu'il prend en profondeur. Les flotteurs sont bien entendus calibrés et testés avant d'être largués, mais il peut se passer beaucoup de choses qui conduisent à des problèmes de fonctionnement, des biais ou des dérives dans les mesures.  L'altimétrie peut être utilisée pour valider les mesures des flotteurs Argo.


La majeure partie des variations d'anomalies de hauteur de mer altimétriques sont dues à des changements de température et/ou de salinité. Ce que mesurent les flotteurs Argo. Des anomalies de hauteurs peuvent donc être calculées à partir d'Argo, et comparées à l'altimétrie. Les données ne seront pas exactement identiques, du fait de ce qui, dans les variations de hauteur altimétrique, n'est dû ni à la température, ni à la salinité, ainsi que des phénomènes se déroulant à grande profondeur (en-dessous de 900 m). Mais ces deux sources de données doivent être sufisamment proches pour qu'un écart important entre elles laisse supposer un problème. Si l'altimétrie est prise comme référence, on peut ainsi contrôler la qualité des flotteurs Argo de façon complètement indépendante.

Exemples de comparaison entre SLA et DHA pour des flotteurs particuliers. En haut, un exemple où l'altimétrie et le flotteur sont bien corrélés. En bas, un autre qui montre une dérive progressive de la hauteur dynamique au fil de son déplacement de l'est vers l'ouest dans l'Atlantique tropical. (Credits CLS/Coriolis)

 

Voir aussi

Quelques sites sur ce thème

Références

  • Guinehut, S., C. Coatanoan, A-L. Dhomps, P-Y. Le Traon, G. Larnicol, On the use of satellite altimeter data in Argo quality control, JAOT, 2008 (accepted).