L'océan, un drôle de zèbre

Image du mois - mars 2009

Carte de vitesses zonales (orientées est-ouest, par opposition aux vitesses médiriennes, orientées nord-sud) de courants géostrophiques calculés à partir de la topographie dynamique moyenne, filtrés pour exclure les structures plus grandes que 4°. Le rouge indique les courants circulant vers l'est, le bleu vers l'ouest. Les rectangles indiquent les zones où ces stries ont été confirmées pas des mesures hydrographiques disponibles sur de longues périodes. (Credits University of Hawaii)

 

Avec maintenant plus de 15 ans de données altimétriques intercalibrées en continu, l'image que l'on se fait des océans est devenue à la fois plus claire, et plus complexe. La topographie dynamique moyenne peut être calculée à haute résolution à partir de l'altimétrie, de flotteurs, des vents et des données gravimétriques. Elle montre les détails fins des structures stationnaires de l'océan. Les courants mésoéchelles circulant vers l'est et vers l'ouest, dérivés de cette topographie moyenne, forment  des séries de raies alternées (ou striations), à l'échelle globale.

 Les mêmes  stries sont aussi visibles dans les longues séries de données hydrographiques, et ce jusqu'à une profondeur d'au moins 700 m, ainsi que dans des données de modèle à haute résolution. Le ou les processus physiques qui produisent ces stries restent encore à identifier. La poursuite de la série continue de données altimétriques devrait aider.

 

Voir aussi :

Autres sites sur ce sujet :

Référence:

  • Maximenko, N. A., O. V. Melnichenko, P. P. Niiler, and H. Sasaki (2008), Stationary mesoscale jet-like features in the ocean, Geophys. Res. Lett., 35, L08603, doi:10.1029/2008GL033267
    Lien vers les données: http://apdrc.soest.hawaii.edu/projects/DOT/