La surface, miroir des profondeurs

Image du mois - janvier 2010

 Profondeur de la couche de l'océan ou les eaux se mélangent (ou "mixed layer depth". La zone où la convection profonde se déroule peut être indentifiée comme la région où la couche de mélange est réellement profonde), et anomalies de hauteur de mer. La partie en creux de la carte d'anomalies de hauteur de mer correspond à la zone où se produit le mélange en profondeur, même si cette correspondance n'est pas sans équivoque -- d'autres raisons peuvent entraîner un creux dans les anomalies de hauteur de mer. La ligne blanche représente la trace Topex/Poséidon - Jason-1 n°146, avec en noir le segment considéré comme un indicateur de la convection profonde (Crédits Météo France/Legos).

Le nord-ouest de la Méditerranée est une des quelques zones sur Terre où les eaux de surface plongent vers les profondeurs. Cette "convection profonde" est un des processus-clés de la circulation thermohaline, à l'origine de la formation des eaux profondes des océans et sous l'influence des changements climatiques. Une partie des eaux profondes ainsi formées dans le nord-ouest de la Méditerranée arrivent dans l'Atlantique via le détroit de Gibraltar, et peut avoir un effet sur la circulation thermohaline globale.

Cependant, mesurer in situ ce phénomène de façon régulière est assez long et coûteux. L'altimétrie ne peut pas l'observer directement -- pas plus qu'aucune technique spatiale. Mais, une fois connues ces zones, les variations de la hauteur de mer (ou "anomalies") peuvent y être corrélées aux variations de la convection profonde, ce qui permet un suivi sur le long terme.

Les variations de la profondeur de la couche de mélange et celles de la hauteur de mer sont anti-corrélées (les deux courbes montrées ici proviennent d'un modèle, mais les comparaisons montrent que les anomalies de hauteur de mer modélisées sont proches des mesures altimétriques) (Credits Météo France/Legos)

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :

Références :

  • Herrmann, M., J. Bouffard, and K. Béranger, 2009: Monitoring open-ocean deep convection from space, Geophys. Res. Lett., 36, L03606, doi:10.1029/2008GL036422