Un mélange pour estimer le sel

Image du mois - novembre 2010

Région du courant de rétroflection des Aiguilles, où le courant des Aiguilles fait une boucle et libère des tourbillons (à gauche). A droite l'estimation du nombre de tourbillons anticycloniques dans la région (NB chaque tourbillon étant compté une fois par semaine où il est présent), calculée à partir de l'altimétrie. Un grand nombre de ces tourbillons sont près de la rétroflection des Aiguilles, et dans la direction du Walvis Ridge (Credits NOCS)

 

Profil moyen dans les tourbillons anticycloniques (en rose) et en dehors de ceux-ci (en bleu), dans la zone de rétroflexion des Aiguilles, au sud de l'Afrique du Sud. Dans les premiers 800 m, la température et la salinité sont plus élevés dans les tourbillons qu'en dehors. (Crédits NOCS)

Au sud et à l'ouest de l'Afrique du Sud, des eaux chaudes salées de l'océan Indien pénètrent dans l'Atlantique Sud, principalement par le biais de tourbillons générés dans la rétroflexion des Aiguilles (plutôt que dans le courant principal). Cet échange de chaleur et de sels entre les deux océans est important pour la circulation océanique générale, en particulier la circulation thermohaline. Mais il est difficile de le quantifier à partir de mesures in situ, du fait de leur couverture limitée (alors que dans le même temps, les satellites n'observent pas sous la surface).

Cependant, en combinant les observations in situ des flotteurs Argo et des sallites altimétriques, on peut classer les mesures d'un flotteur Argo qui ont été prises dans un tourbillon ou celles qui représentent les conditions générales sur la zone. Ainsi, on estime la chaleur et les sels transportés par les tourbillons, et les changements de ceux-ci lors de leur déplacement vers le nord-ouest. Les résultats d'une telle étude montrent que les tourbillons du courant des Aiguilles sont typiquement plus chaud (de 3°C) et plus salés (de 0.4 psu) dans les 800 premiers mètres que leur environnement. Quand les eaux se déplacent vers le nord-ouest, une diminution graduelle des anomalies près de la surface peut être observée. La majeure partie de ceci est dû au changement de l'environnement : les tourbillons se déplacent vers l'équateur, où les eaux sont plus chaudes et plus salées. Une partie est tout de même due aussi aux mélanges verticaux d'eau qui font diminuer la température.

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :

Références: