Vagues extrêmes

Image du mois - juin 2011

Hauteurs extrêmes des vagues pour une période de retour de vingt ans, selon la saison. En haut, l'hiver de l'hémisphère Nord présente les plus hautes vagues avec environ 17 m (période de retour de vingt ans) aux hautes latitudes. L'hiver austral (en bas), les latitudes équivalentes montrent aussi de fortes vagues (légèrement moins hautes). (Credits IH Cantabria - Universidad de Cantabria)

L'altimétrie ne fournit pas seulement des hauteurs de mer, mais aussi des hauteurs de vagues (hauteur significative de vague). Avec maintenant près de vingt ans de données disponibles, des statistiques peuvent être établie sur les valeurs extrêmes des hauteurs de vagues, ainsi que les corrélations existant entre les vagues et les oscillations couplées océan-atmosphère (El Niño/Oscillation Australe, Oscillation de l'Atlantique Nord...).

 A l'aide d'un modèle, on estime la distribution dans l'espace et le temps des hauteurs de vagues extrêmes à partir de la série de mesures altimétriques. On obtient ainsi les hauteurs de vagues extrêmes qui reviennent avec une période de vingt ans. Ces valeurs dépendent bien sûr de la saison, mais aussi de la latitude et de l'hémisphère. Les plus fortes vagues sont observées dans les océans Atlantique et Pacifique Nord (avec des hauteurs de l'ordre de 17 m) pendant l'hiver boréal, et dans l'océan Austral pendant l'hiver de l'hémisphère sud (mais avec des valeurs un peu moins élevées). 

Les satellites altimétriques continueront de fournir de telles informations dans les années à venir, avec plusieurs missions planifiées. De plus, la mission CFOSat testera de nouveaux concepts instrumentaux, spécialement dédiés à la mesure de la hauteur des vagues.

Influence de l'Oscillation Arctique (AO, à gauche) et de El Niño/Oscillation australe (indice NINO3) sur les hauteurs de vagues. La part de la hauteur de vague liée à la valeur de l'indice correspondant est évaluée à chaque fois. Le jaune-orange indique que l'indice est fortement corrélé positivement aux hauteurs de vagues. Le vert indique que c'est la phase négative de l'indice qui correspond à de fortes vagues. (Crédits IH Cantabria - Universidad de Cantabria)

 

Voir aussi :

Références :

  • Izaguirre, C., F. J. Méndez, M. Menéndez, and I. J. Losada (2011), Global extreme wave height variability based on satellite data, Geophys. Res. Lett., 38, L10607, doi:10.1029/2011GL047302.