177 000 tourbillons

Image du mois - mars 2011

Carte d'anomalies de hauteur de mer le 28 août 1996, où seules les structures de la taille d'un tourbillon ont été gardées (les structures plus grandes ont été filtrées pour ne pas apparaître sur cette figure) (en haut). Les tourbillons cycloniques et anticycloniques sont représentés par des hauteurs de mer respectivement positives et négatives. Sur la période octobre 1992 - décembre 2008, plus de 177 000 tourbillons, à peu près également répartis entre cycloniques et anticycloniques, ont été suivis sur 4 semaines ou plus.
Pourcentage de la variance de hauteur de mer due aux tourbillons (milieu).
La figure du bas montre la moyenne du rapport entre U (vitesse rotationnelle) et c (vitesse de translation, cette dernière étant essentiellement orientée vers l'ouest en dehors des forts courants d'est). Quand ce rapport est supérieur à 1, de l'eau est piégée à l'intérieur du tourbillon. A cette eau piégée sont associés de la chaleur, des sels, des nutriments et du phytoplancton, qui peuvent ainsi être transportés sur de longues distances par les tourbillons (près de 13 000 tourbillons ont parcouru 500 km ou plus vers l'ouest sur les 16 ans de l'étude).  (Crédits Oregon State University)

  
Les résultats de plusieurs recherches sur les trajectoires des tourbillons ont été montrées dans ces pages ces dernières années. Aujourd'hui, un jeu de données dédié a été généré sur la période octobre 1992 - décembre 2008. Grâce à ce travail, des statistiques et des études sur le long terme peuvent facilement être réalisées. L'utilisation de meilleurs algorithmes de calculs permet de plus de suivre près de deux fois plus de tourbillons, et jusqu'à cinq fois plus ayant une longue durée de vie (plus d'un an).

Avec ceci, on montre que la plupart des structures océanique d'une taille de 100 à 200 km sont "non-linéaires", c'est-à-dire que ce sont plutôt des tourbillons que des ondes planétaires (ondes de Kelvin, de Rossby, qui seraient linéaires). De plus, la plupart de ces tourbillons sont susceptibles de transporter chaleur, sels et nutriments piégés dans leur coeur (indicateur U/c plus élevé que 1, voir la carte du bas), contrairement là aussi à des ondes planétaires, qui ne déplacent pas de matière.

Avec les données haute résolution obtenues à partir de la combinaison de plusieurs satellites altimétriques,  même "seulement" deux d'entre eux comme ici (Topex/Poseidon et ERS-1 puis ERS-2, Jason-1 puis Jason-2 et Envisat), les caractéristiques mésoéchelles de l'océan peuvent être observées, sur le long terme.

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :

Références