Plus de détails près des côtes

Image du mois - septembre 2012

Comparaison entre résultats in situ issus d'une campagne au nord de Majorque (14 mai 2009) et données calculées à partir d'altimétrie en utilisant différents traitements. Les points gris sont les trajectoires de bouées dérivantes larguées au même moment ("1" : position initiale de la bouée, "2" : position finale). La hauteur dynamique calculée à partir des mesures in situ (glider, température et salinité CTD) (a) correspond mieux à la topographie dynamique absolue (et courants dérivés) issus du traitement haute résolution avec bathymétrie (d) pour le même jour que le traitement classique Aviso (b), ou même le traitement haute résolution (c) (Crédits IMEDEA)

La combinaisons de plusieurs missions altimétriques améliore la résolution des cartes qui en sont issues. Mais la constellation de satellite actuelle manque encore de données pour observer correctement les phénomènes côtiers et régionaux. La mer Méditerranée est une zone particulièrement difficile de ce point de vue, car on n'y est jamais très loin d'un rivage. Mais, par contre, de nombreuses observations sont disponibles sur cette région, y compris in situ, qui permettent de compléter la mesure satellite.

Pour pouvoir détecter plus de détails qu'aujourd'hui sur les données altimétriques, on peut effectuer un second traitement qui calcule des structures plus fines à partir des mesures. La bathymétrie est également prise en compte, dans la mesure où elle affecte fortement la circulation côtière.
La future mission Swot changera radicalement ce genre d'approches, en fournissant une image, grâce à une antenne permettant fauchée de 120 km de large. D'ici là, et même encore après pour compléter cette mission, la combinaison des missions altimétriques entre elles, et avec d'autres types de mesures permet d'améliorer la résolution tant spatiale que temporelle.

Voir aussi :

Références :