Les tourbillons d'Alboran

Image du mois - février 2013

Contenu en chlorophylle (haut) et température de surface (bas) issus de satellites d'observation des océans pour le 4 juillet 2012. On a superposé les courants géostrophiques absolus issus d'altimétrie. Des filaments d'eaux froides et riches en nutriments entrent en Méditerranée avec les courants. (Crédits Aviso/CLS)

 
Les eaux atlantiques pénètrent en Méditerranée par le détroit de Gibraltar. A l'est de ce détroit, en mer d'Alboran, deux tourbillons sont générés par le sillage de ce passage des eaux atlantiques.

Les tourbillons de la mer d'Alboran varient avec les saisons, avec un maximum en été. Ils peuvent être observés grâce à l'altimétrie, mais aussi avec d'autres techniques, notamment spatiales. On peut alors comparer toutes ses informations, et noter que les eaux atlantiques sont plus froides, plus riches en chlorophylle que celles de la Méditerranée. A l'inverse, des eaux méditerranéennes rejoignent l'Atlantique, mais en profondeur. Nous verrons une autre fois comment les "meddies" (c'est à dire des tourbillons profonds, chaud et salés issus de la Méditerranée) se voit aussi dans les mesures de hauteur de mer en Atlantique Nord.

Chacune des techniques d'observation des océan apporte sa pierre à l'édifice de la compréhension des océans et des mers. On peut ainsi également prévoir leurs variations plusieurs semaines à l'avance. L'altimétrie est une des pièces maîtresse, et la continuité des mesures de hauteur de mer une condition critique pour un grand nombre de recherches et d'applications.

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :

  • Projet MyOcean pour les données de couleur de l'eau, température de surface et les prévisions en Méditerranée (notamment)