Mille flotteurs et un futur satellite dans le golfe du Mexique

Image du mois - avril 2016

Trajectoires des flotteurs de l'expédition LASER dans le golfe du Mexique, superposées aux courants de surface. Les carrés rouges marquent la position des flotteurs le 9 mars 2016, avec des trajectoires sur les 14 jours précédents. Les vitesses de courants sont dérivées des anomalies de hauteur de mer altimétriques et de la vitesse du vent pour le 9 mars. (Crédit Université de Miami (Edward Ryan/Tamay Ozgokmen))

Le golfe du Mexique est une région avec de nombreux phénomènes océaniques d'intérêt. Par exemple, le "Loop current" entre dans le Golfe par le détroit entre la Péninsule du Yucatan et Cuba, et forme une boucle (d'où son nom) qui s'enfonce plus ou moins profondément. Ceci a des impacts très sérieux, notamment sur la formation et l'intensification des cyclones, et sur la navigation. De plus le Golfe du Mexique est une zone d'exploitation pétrolière, que l'arrivée de "perturbations" océaniques comme ces tourbillons peut vraiment désorganiser, voire rendre dangeureuse.

Entre le 15 janvier et le 15 février 2016, une importante expédition océanographique, "LASER" (LAgrangian Submesoscale ExpeRiment), a été menée en collaboration. Pendant cette campagne, plus de 1000 flotteurs dérivants biodégradables ont été largués et suivis toutes les cinq minutes. Ils devraient continuer à l'être durant tout le mois d'avril 2016. L'expédition s'est déroulée depuis deux navires, et par moment trois avions. Les avions ont mesuré la température de surface à très haute résolution afin de guider les navires dans le largage des flotteurs en temps réel. L'altimétrie, ainsi que d'autres données satellites ont été utilisées pour planifier les opérations chaque jour. L'instrument AirSwot, préfiguration de l'altimètre interféromètre de Swot embarquée sur un avion a survolé la zone de largage des flotteurs.

La comparaison des déplacements des flotteurs et des mesures satellites comme aériennes devraient être très instructives sur un plan scientifique. Les résultats d'AirSwot, comparées aux trajectoires in situ devraient aider à préparer les données haute résolution de Swot sur océan.

[Le Consortium of Advanced Research for Hydrocarbons in the Environment, Carthe (http://carthe.org/), est un groupe de recherche issus de nombreuses institutions, soutenu par le Gulf of Mexico Research Initiative (http://gulfresearchinitiative.org/). Carthe étudie les processus de transports dans les couches superficielles de l'océan après l'explosion du Macondo en 2010. Le consortium a organisé l'expédition LASER]

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :