Comment les coraux indonésiens réagissent à une baisse du niveau de la mer due à El Niño

Image du mois - avril 2017

Photos de récifs coralliens dans la zone de Bunaken. En haut (A) une communauté vivante d'Heliopora coerula (corail bleu) en 2015, se maintenant par rapport à un niveau moyen de l'océan bas, la presque totalité de la place étant occupée par des coraux. Dans ce cas, une baisse de 15 cm du niveau aura un impact sur la majeure partie du plat du récif. En bas, (B) une colonie en récif plat de Porites lutea (corail jaune et rose massif) en mai 2014 observé à marée basse de vives eaux. La partie supérieure de la colonie est au-dessus de l'eau, mais en bonne santé. (C) la même colonie en février 2016. La ligne blanche indique la limite de mortalité des tissus (Crédits IRD)
Tendances sur la topographie dynamique absolue sur la réserve marine de Bunaken, sur une zone plus large au nord de Sulawesi, et sur la totalité des mers indonésiennes (Crédits IRD)
Anomalies de hauteur de mer Saral pour 2013-2016, sur la zone de Bunaken et sur l'Indonésie. On observe une baisse nette de la hauteur de mer sur cette période, liée à El Niño (Crédits IRD)

Les récifs coralliens joue un rôle important dans les écosystèmes marins et côtiers. L'Indonésie est au coeur de la région appelée "triangle de corail", une vaste zone allant de la Malaisie aux îles Salomon, où le nombre d'espèces marines est maximum.

Un des effets connus d'El Niño sur les coraux est le blanchissement dû à des températures de l'eau supérieures à la normale (la partie vivante du corail meure, laissant la partie minérale, blanche, seule d'où le blanchissement).
Cependant, des variations de hauteur de mer sont aussi observées pendant un épisode El Niño : croissante à l'est du Pacifique, mais décroissante à l'ouest, près de l'Indonésie. Les coraux vivants juste en dessous de la surface de l'eau peuvent survivre émergés (ils le sont généralement à marée basse), mais pas trop longtemps. Quand la hauteur de mer baisse, les coraux peuvent être hors de l'eau plus longtemps que d'habitude, conduisant à une plus forte mortalité. Une campagne in situ menée en 2016 a montré une limite horizontale très nette de la mortalité des tissus coralliens dans certaines colonies.

L'altimétrie mesure les hauteurs de mer et leurs variations. En regardant les mesures sur les 12 dernières années (voire plus), les hauteurs observées les plus basses de cette période sont en septembre 2015, de près de 8 cm par rapport à 2014. En utilisant une résolution plus fine avec les mesures de Saral pour aller plus près des côtes, on corrobore les résultats obtenus avec les données grillées plus dédiées à la pleine mer. Le même phénomène s'est probablement déroulé en 1997-1998, mais n'a pas été remarqué à l'époque.

L'altimétrie, en fournissant des mesures sur un aspect important de l'environnement physique des coraux peut aider à comprendre leur mortalité. Avec de plus en plus de données traitées pour le côtier, plus d'études locales devraient être possibles, en attendant la haute résolution côtière de Swot.

Voir aussi :

Autres sites sur ce thème :

Référence :