Niveau moyen en Nouvelle-Calédonie mesuré par marégraphie, altimétrie et Doris

[Translate to francais:] Niveau de la mer mesuré de 1957 à fin 2016 par les deux marégraphes de la pointe Chaleix et de la baie de Numbo en Nouvelle-Calédonie. Crédits IRD.
[Translate to francais:] Niveau de la mer mesuré par deux marégraphes en Nouvelle-Calédonie

Dans une étude parue cet été dans la revue Pure and Applied Geophysics [1], des chercheurs de l'IRD, du SHOM et de l'Université d'Hawaï ont numérisé des enregistrements de données marégraphiques de 1957 à 1967 de la pointe Chaleix, proche de Nouméa, qui n'existaient que sur papier. Ces données ont été ensuite combinées à celles d'une autre série de données enregistrées à Chaleix ainsi qu'avec des enregistrements d'un autre marégraphe proche, celui de la baie de Numbo. Cet ensemple constitue une série longue de près de 60 ans du niveau de la mer.

Cette série temporelle montre des évolutions irrégulières du niveau de la mer sur des périodes distinctes. Si entre 1957 et 2016, le niveau de la mer est monté localement à une vitesse moyenne de +0,86 mm/an (figure ci-dessous), entre 2005 et 2015 par exemple, il est monté de +10,3 mm/an. Ces variations interannuelles sont dues à des phénomènes climatiques de grande échelle comme El-Niño. Seule cette série de données longue de 60 ans permet de calculer une tendance pertinente et réaliste de la montée du niveau de la mer; essentielle pour l'étude des variations régionales et interannuelles du niveau des océans, pour suivre et prévoir cette tendance à leur élévation, sous l'action directe du réchauffement climatique.

Ces données marégraphiques ont été combinées à plus de 20 années de données satellites altimétriques pour évaluer les mouvements verticaux de la croûte terrestre. Cette méthode d'analyse indirecte sur ~20 ans montre un mouvement de surrection de la croûte terrestre au niveau du marégraphe de 1.3 à 1.4 mm/an, contrairement aux mesures directes par GNSS plus récentes sur des sites proches, qui indiquent un mouvement de subsidence du mème ordre de grandeur. Ce désaccord entre mesures directes et analyse souligne encore le besoin impératif de mesurer directement les mouvements verticaux aux sites des marégraphes (Plus d'information sur le site SONEL).

Localisation des marégraphes sur l'interface de visualisation du site web SONEL pour accéder aux données marégraphiques. Crédits SONEL.
interface de visualisation du site SONEL pour accéder aux données marégraphiques
Interface de visualisation du site AVISO pour accéder aux fiches de comparaison des données marégraphiques et altimétriques. Credits CLS/CNES/USHLC/PSMSL/SHOM.
interface de visualisation du site AVISO pour accéder aux fiches de comparaison des données marégraphiques et altimétriques

 

Mesurer avec Doris

Parallèlement à cette étude, nous pouvons également illustrer les mouvements verticaux de la croûte terrestre à partir des positions et vitesses moyennes très précises des stations terrestres Doris. Une telle station Doris existe à Nouméa, pas très loin de la pointe Chaleix.

L'animation ci-contre montre comment accéder à ces séries temporelles sur le site IDS et accéder à la valeur de la pente de la station sur une période définie. Ainsi sur la période 2005-2017, la pente mesurée montre un mouvement de subsidence de l'ordre de 1.3 mm/an.

Tracé des séries temporelles des déplacements des stations terrestres Doris sur le site IDS.

Plus d'information:

Accès aux données

Références

  • [1] Aucan J., M. A. Merrifield and N. Pouvreau (2017) : Historical sea level in the South Pacific from rescued archives, geodetic measurements and satellite altimetry, Pure And applied Geophysics, undefineddoi: 10.1007/s00024-017-1648-1