Topographie dynamique moyenne

Image du mois - décembre 2019

Topographie dynamique moyenne CNES-CLS18 et courants dérivés
Topographie dynamique moyenne CNES-CLS18 et courants dérivés
La nouvelle topographie dynamique moyenne (CNES_CLS18, à droite) et la précédente (CNES_CLS13 à gauche) dans le golfe du Maine. Le courant le long de la côte est bien plus visible (Crédits CLS)
La nouvelle topographie dynamique moyenne (CNES_CLS18, à droite) et la précédente (CNES_CLS13 à gauche) dans le golfe du Maine. Le courant le long de la côte est bien plus visible (Crédits CLS)
Position d'un ADCP et courants mesurés par cet instrument in situ; courants géostrophiques absolus (ADT = MDT+SLA) calculés en utilisation la version 2013 de la topographie dynamique moyenne (milieu; à noter que l'échelle est différente des deux autres figures), et 2018 (à droite). Les courants géostrophiques absolus calculés en utilisant la topographie dynamique moyenne CNES_CLS18 est bien plus proche des mesures de l'ADCP (Cancet et al., 2019; Crédits Noveltis)
Position d'un ADCP et courants mesurés par cet instrument in situ; courants géostrophiques absolus (ADT = MDT+SLA) calculés en utilisation la version 2013 de la topographie dynamique moyenne (milieu; à noter que l'échelle est différente des deux autres figures), et 2018 (à droite). Les courants géostrophiques absolus calculés en utilisant la topographie dynamique moyenne CNES_CLS18 est bien plus proche des mesures de l'ADCP (Crédits Noveltis)

La hauteur de mer due aux courants océaniques moyens peut sembler facile à déterminer - par définition, ceux-ci sont stables dans le temps et dans l'espace. Mais en fait, lorsque l'on utilise l'altimétrie, on travaille la plupart du temps avec les variations de la hauteur (anomalies de hauteur de mer) ou avec les hauteurs par rapport à un ellipsoïde de référence. Les courants moyens sont inclus dans la moyenne sur plusieurs années de ces dernières (ou surface moyenne océanique), mais il y sont combinés avec le géoïde. Or, pendant longtemps, le géoïde n'a pas été bien connu. Aujourd'hui, avec des missions dédiées comme Goce, plusieurs années de Grace, cette connaissance est de plus en plus précise. De plus, une autre approche peut être utilisée : mesurer les courants de surface à l'aide de bouées dérivantes pour calculer leur vitesses moyennes. Les deux approches peuvent également être combinées, en supprimant le géoïde de la surface moyenne océanique issue de l'altimétrie dans un premier temps, puis en affinant le résultat avec les données in situ pour obtenir des détails plus précis.

Depuis le premier jeu de données de topographie dynamique moyenne diffusé par Aviso, quinze années se sont écoulées avec plusieurs mises à jour et de nombreuses améliorations portant sur la qualité et comme sur la méthode utilisée. La nouvelle MDT CNES-CLS18 est maintenant disponible et présente d'énormes améliorations par rapport à la précédente, principalement dans les zones côtières et dans les courants de bord ouest.

Voir aussi :

Références :