L'erreur est physique

Balades en LAS : 15 septembre 2004

Les enseignants de physique se font fort de répéter qu'une mesure ne vaut rien sans son erreur associée. Les mesures altimétriques ne font pas exception. De plus, pour ce qui concerne les données grillées établies à partir de mesures "le long de la trace", il faut également tenir compte de l'erreur que l'on peut commettre en interpolant des mesures pour avoir une donnée même à un point de grille où l'on avait pas de mesure. Ces erreurs sont fournies avec les données d'anomalies de hauteur de mer disponibles sur le LAS ("Formal Mapping Error"), et peuvent être tracées comme n'importe quelle donnée.

À gauche, cartes d'anomalies de hauteur de mer temps quasi-réel, pour (de haut en bas) Jason-1, Envisat et les quatre satellites combinés (Jason-1, Envisat, GFO et T/P) et, à droite, erreur formelle de cartographie associée (en pourcentage de la variance) pour le 10 juillet 2004, tracées avec le LAS. On voit des différences entre les cartes d'anomalies et, bien plus, sur les cartes d'erreur l'effet des traces au sol des satellite : en dehors de ces traces (c'est à dire en dehors des mesures du satellite), l'erreur augmente fortement. Au contraire, avec les données combinant les mesures de quatre satellites, cet effet de trace est très fortement atténué, et l'erreur est faible sauf près des côtes.

  Utiliser le Live Access Server