Vitesses circumpolaires

Balades en LAS : 21 avril 2006

Le courant circumpolaire Antarctique est le courant le plus puissant du globe.
Le Live Access Server propose un certain nombre de données parmi lesquelles les anomalies de courants géostrophiques, sous la forme de vecteurs vitesses ou de composantes zonales et méridiennes; ces données peuvent représenter une bonne "photographie" de ce phénomène océanique, par exemple ici sur l'année 2003.

Composante zonale U du courant géostrophique.
Composante méridienne V du courant géostrophique.

Composantes zonales et méridiennes du courant géostrophique moyennées sur un an, région circumpolaire Antarctique. Choisir le jeu de données " Ssalto/Duacs near-real time Absolute Geostrophic Velocity", puis la variable U (ou V) et aller dans le menu "Define variable". Sélectionner "average" dans "Select analysis type", puis "t" et enfin la période temporelle (1er janvier 2003 - 31 décembre 2003); la zone géographiqe est ici défini par les coordonnées 46°S-67°S, 88°W-52°E. La palette "anomaly" est adoptée ici.

On distingue parfaitement le courant circumpolaire qui est représenté ici par:

  • une tendance à l'"étalement" des valeurs de U, qui dessine l'allure générale du courant,
  • une alternance marquée entre valeurs positives fortes (en rouge) et valeurs négatives basses (en bleu foncé), particulièrement sur V. C'est le signe d'une intense variabilité mésoéchelle au sein de ce courant. Cette variabilité mésoéchelle peut être mieux étudiée au travers de paramètres comme l'EKE (voir Balades en LAS, 15 décembre 2005 : Evaluer l'énergie cinétique turbulente).

Utiliser le Live Access Server